Les légendes urbaines

Aujourd’hui parlons des …. légendes urbaines, bon on a déjà posté quelques légendes urbaines mais pas de fiches sur ceux que sont les légendes urbaines !
Du coup ce sera fait \o/

En plus on parle surtout des légendes urbaines un peu horrifique mais il n’y a pas que ça !

Comme d’habitude je recopie la fiche de wikipedia enfin plusieurs fiches !
Certaines légendes urbaines peuvent déjà avoir leur propre fiche (ou une future xD)

Une légende urbaine (de l’anglais : urban legend) est un récit bref, au contenu surprenant ou inhabituel et se répandant de proche en proche par le bouche à oreille ou par d’autres moyens informels de communication (forums, messageries instantanées, réseaux sociaux, etc.)
La légende urbaine se présente généralement comme une anecdote véridique, arrivée à l’ami d’un ami.
Elle mêle, en réalité, des éléments vrai, faux et douteux et circule depuis des années voire des décennies (les récits d’auto-stoppeuses fantômes sont ainsi attestés depuis les années 302 et continuent à circuler aujourd’hui), sous différentes versions.
Les légendes urbaines sont fréquemment recyclées, s’adaptant aux nouveaux lieux et temps, et sont traduites d’une langue à une autre sans difficulté apparente.

Contrairement aux légendes traditionnelles, les légendes urbaines mettent en scène des lieux (stations de métro, fast-food, etc.), des objets (automobiles, jouets “made in China”, etc.) et des personnages emblématiques du monde moderne et urbain (junkies, baby-sitters, etc.) ; elles se déroulent par ailleurs dans un passé récent, ce qui les classe parmi les légendes contemporaines.
Elles peuvent emprunter à tous les genres littéraires (anecdote, horreur, blague, etc.).
Elles expriment, par ailleurs, des peurs et des fixations, et véhiculent une morale implicite.
Elles peuvent ainsi jouer un rôle d’avertissement4, illustrant ce qu’il faut ou ne pas faire ou les dangers qui nous guettent au coin de la rue et dans les lieux anonymes de la vie urbaine. Pour ces raisons, leur contenu est souvent négatif.

En tant que littérature orale, et suivant sa résistance au temps, la légende urbaine fait partie intégrante ou non du folklore et du repro-folklore (quand elle est diffusée par fax, photocopie, courriel ou autres moyens de reproduction mécanique).

La première étude sociologique d’une légende urbaine en France est due à l’équipe du sociologue français Edgar Morin de sorte qu’en France on désigne souvent sous le vocable de « rumeur d’Orléans » ce qui, dans le monde anglo-saxon, est qualifié d’urban legend.

Le sociologue américain Jan Harold Brunvand a, dès les années 1980, appliqué aux récits populaires circulant dans le monde moderne des théories et des concepts académiques établis par les folkloristes dans l’étude traditionnelle des légendes associées le plus souvent à des faits historiques lointains ou à des cultures rurales.

# Critères de définition

Le plus souvent, les spécialistes attribuent le titre de manière un peu exclusive à des récits qui présentent les caractères suivants :

Une petite histoire, un récit structuré

La légende urbaine se présente comme un récit court, qui se conclut le plus souvent sur une chute surprenante.
C’est ce qui la différencie, d’après Jean-Bruno Renard, de la rumeur qui se limite à une simple information et à une forme grammaticale de type sujet + prédicat (ex : “Le Président mène une double-vie”).

Des procédés d’authentification

La légende urbaine est racontée comme vraie et porte sur des événements qui ne sont pas vérifiables directement.
Pour convaincre de sa véracité, celui qui la rapporte attribuera alors l’origine du récit à une source déterminée (“D’après la Police nationale / un stagiaire de l’Institut Pasteur, etc.”) ou indéterminée (“C’est arrivé à l’ami d’un ami”, “Il paraît que”).
On retrouve ces mêmes procédés d’authentification pour les rumeurs .

La présence de variantes

L’existence de versions et variantes d’un même récit, dispersées dans le temps et l’espace, est typique des récits légendaires.
Les récits de kidnappings en camionnette blanche circulent ainsi depuis le milieu des années 1990.
Si le cœur du récit ne change pas (des enfants sont enlevés par une mystérieuse camionnette de couleur blanche), de nombreuses variantes existent.
Elles touchent à l’identité de l’agresseur (des membres de la communauté Rom, un pédophile, etc.), au motif de l’agression (trafic d’organes, crime sexuel), aux lieux où elle se déroule, etc.

Une histoire douteuse

Les légendes urbaines sont apparentées aux lieux communs et aux idées reçues, en ce qu’elles sont partagées par de nombreuses personnes sans être vérifiées.
Elles mêlent souvent le vrai, le faux et le douteux.
Elles peuvent parfois être basées sur des faits réels qui auront été déformés.

Le sociologue Jean-Bruno Renard identifie trois types de modifications de faits réels dans les légendes urbaines :

  • Les faits amplifiés : exagération, amplification de faits réels.
  • Les faits déplacés de leur contexte
  • Les faits reconstruits : un ou plusieurs faits sont reconstruits pour se conformer au scénario-type d’une légende urbaine.

Un exemple de faits amplifiés ayant donné naissance à une légende urbaine est la fameuse histoire de l’ouvrier-soudeur qui aurait perdu la vue à cause de lentilles de contact ; ces dernières auraient fondu sous l’action du chalumeau et seraient restées collées à sa cornée.
En 1967, un ouvrier qui portait des lentilles de contact a effectivement été blessé aux yeux par l’explosion d’un disjoncteur.
Mais il a retrouvé la vue en quelques jours, malgré des lésions à la cornée.
Entre le fait et la légende, des éléments de vrai ont donc été amplifiés ou réduits, sans doute car l’incident, survenu à Baltimore, a profondément marqué le milieu ouvrier de l’époque.

Une dimension morale

Le récit propose — à la lecture attentive — un déchiffrement et une interprétation du monde (surtout dans ses aspects les plus perturbants, confondants ou inquiétants), ainsi qu’une morale implicite.

Une diffusion via des canaux informels (bouche à oreille, réseaux sociaux, messageries, etc.)

La légende urbaine se répand via le bouche à oreille et les canaux de communication informels.
Sa diffusion est fortement influencée par les évolutions technologiques.
Elle pouvait ainsi autrefois circuler par fax ou photocopie, avant que ce mode de diffusion ne soit supplanté par l’apparition du mail et d’Internet.
Aujourd’hui, les légendes urbaines circulent fréquemment sur les forums Internet, les messageries et les réseaux sociaux.
On parle de hoax (mot anglais traduisible par « canular ») pour certains messages propagés par Internet (canular informatique) dont certains appartiennent à la catégorie des légendes urbaines.
Les creepypasta sont, par ailleurs, un genre voisin des légendes urbaines évoluant presque exclusivement sur Internet.

En parallèle de ces canaux informels de communication, la légende urbaine peut parfois être reprise par erreur par des médias traditionnels (radio, presse écrite, etc.) La légende du gerbilling a par exemple été reprise par RTL2 en 2007, un des animateurs ayant été piégé par une fausse dépêche de presse.
Ces erreurs contribuent souvent à fortement populariser des légendes urbaines, lui apportant à la fois une audience large et le crédit d’un média reconnu.

# Thèmes

Certains thèmes sont récurrents dans les légendes urbaines (certaines d’entre elles pouvant se référer à plusieurs de ces thématiques).

  • la violence urbaine, sous diverses formes (meurtre, viol, tortures, etc.)
  • les technologies, sous leurs aspects les plus inquiétants (chimie, nucléaire, génétique…)
  • les animaux, et en particulier les espèces considérées comme dangereuses ou effrayantes (serpents, araignées, etc.)
  • les personnalités contemporaines (du show-business, de la politique…) et parfois historiques
  • l’antiaméricanisme : les légendes sur les États-Unis, leurs entreprises (Coca-Cola, Mc Donald’s…) et leurs institutions ont souvent un contenu politique, doublé d’une théorie du complot
  • des actes révolutionnaires, alter-mondialistes, anti-centralistes (en France) ou anti-unitaristes
  • le surnaturel et le paranormal
  • la sexualité et l’évolution des moeurs
  • les étrangers, les marginaux (hippies, junkies, etc.)
# Filmographie

Films

  • 1948 : L’Armoire volante, film français de Carlo Rim
  • 1961 : La Belle Américaine, film français de Robert Dhéry
  • 1979 : Terreur sur la ligne, film américain de Fred Walton / remake Simon West, États-Unis, 2006)
  • 1992 : Candyman, film américain de Bernard Rose
  • 1998 : Urban Legend : film américain de Jamie Blanks
  • 1999 : 8 millimètres : film américain de Joel Schumacher
  • 2000 : Urban Legend 2 (Urban Legend 2 : Final Cut) : film américain de John Ottman
  • 2005 : Urban Legend 3 : film américain de Mary Lambert

Téléfilms

  • 1972 : François Gaillard ou la Vie des autres de Jacques Ertaud, épisode 7, Joseph
  • 1997 : Bonnes vacances, téléfilm français de Pierre Badel et Chantal Rémy

Séries

  • 1997-2000 : Frissons, série télévisée canadienne
  • 2004 : Petits Mythes urbains, série télévisée franco-germano-britannique
  • Légendes Urbaines (série québécoise) : épisodes ayant pour sujet les thématiques récurrentes dans les légendes urbaines, explorées et analysées par différentes personnalités, à raison d’un thème par épisode
  • 2017 : Urban Myths sur Sky Arts (en), série télévisée britannique dont chaque épisode est indépendant des autres, ce qui peut faire que la série ne soit qu’une collection de téléfilms d’une demi-heure, chacun racontant une légende urbaine. Les histoires sont vraies, totalement ou en grande partie, et présentent surtout des faits incongrus sur des personnalités célèbres : l’amitié entre Samuel Beckett et André The Giant, les talents artistiques d’Hitler, la rencontre entre Cary Grant et Timothy Leary sous LSD, Mohamed Ali qui empêche une tentative de suicide…

Théâtre

  • Bourgeade, Pierre. PZA : petite zoologie amoureuse (comédie, 1994)
# Liste de légendes urbaines

Cette liste de légendes urbaines ou contemporaines recense les légendes urbaines, que l’on retrouve notamment dans le folklore.

Les œuvres de Jan H. Brunvand aux États-Unis ou de Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard en France montrent que les exemples de légendes contemporaines favorisent autant l’identification des légendes elles-mêmes que leur compréhension.

# Légendes contemporaines célèbres

L’auto-stoppeuse fantôme

dans l’une des versions de cette légende contemporaine, un homme aurait pris en auto-stop une étrange jeune femme, elle aurait disparu aussitôt après qu’ils furent arrivés à destination.
Dans la maison où elle aurait demandé à aller, l’homme aurait découvert une photo de cette femme… qui serait morte depuis plusieurs années
Plusieurs versions de cette histoire existent, et la femme est parfois surnommée la « dame blanche ».

la « rumeur d’Orléans »

Selon la « rumeur d’Orléans », de jeunes femmes auraient été endormies puis auraient été enlevées par des souterrains creusés sous des cabines d’essayage dans les grands magasins ou les spécialistes de lingerie féminine ; une personne a même entendu parler d’un sous-marin venant les chercher de nuit dans le cadre d’un réseau de traite des Blanches.
Rumeur tenace mais sans fondements.

Un rétrécisseur de sexe

Un rétrécisseur de sexe est une personne qui serait capable de réduire la taille des pénis des hommes dont il serre la main.
D’authentiques lynchages ont eu lieu, de personnes accusées d’en être un
Rumeur ayant cours essentiellement en Afrique subsaharienne.

Clitorine

Clitorine : une jeune fille aurait été baptisée Clitorine.
Une variante de la rumeur évoque des jumelles, Clitorine et Vagina.
Bien que Clitorine soit régulièrement citée pour illustrer un prétendu laxisme dans le contrôle de l’attribution des prénoms, il n’existe aucun élément attestant son existence.
Aucun acte d’état civil connu ne mentionne de Clitorine, aucune personne physique se nommant elle-même Clitorine ne s’est jamais manifestée.
Cette rumeur ne se propage que par des témoignages indirects invérifiables, d’autant plus que la date et le lieu de naissance sont inconnus.

# Histoire

Événements

Attentats du 11 septembre 2001

Les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis seraient le fruit des services secrets israéliens qui désiraient faire porter la faute aux militants islamistes.

Cette thèse a notamment été alimentée par le mémorandum officiel de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis (rapport de la Commission du renseignement du Sénat américain), publié le 15 septembre 2004, intitulé « La Surveillance israélienne des futurs pirates de l’air et des suspects du FBI dans les attaques du 11 septembre et son échec à donner aux États-Unis les avertissements nécessaires : le besoin d’une enquête publique ».
Dans ce rapport était indiqué que des groupes israéliens, composés de 125 personnes arrêtées par le FBI peu après les attaques, étaient divisés en cellules, toutes basées à proximité des différentes cellules islamistes.
Le rapport faisait par ailleurs référence à une enquête de la section du contre-espionnage de la Drug Enforcement Administration (DEA) révélant que ces 125 Israéliens avaient pénétré dans plusieurs bâtiments fédéraux.
Ces informations ont notamment été reprises quelques jours par des chaînes d’informations nationales américaines.

L’attaque du 11 septembre 2001 contre le Pentagone n’aurait pas été réalisée au moyen d’un avion détourné, mais à l’aide d’une ou plusieurs bombes (ou missiles).

Cette théorie a été initiée par Thierry Meyssan, fondateur du réseau Voltaire, dans un livre publié en 2001 : L’Effroyable Imposture.
Pour Thierry Meyssan et quelques dissidents américains comme Jimmy Walter, aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone.
L’hypothèse d’un missile est avancée et leur paraît mieux correspondre aux dégâts réels infligés au Pentagone : un trou de cinq à six mètres de large traversant le premier bâtiment au-dessus duquel la façade s’est effondrée trente-deux minutes après l’impact, les premières photos ne laissant pas apparaître cet effondrement. L’appareil a percé trois bâtiments (six murs), laissant un trou de deux mètres trente de diamètre à la sortie du troisième bâtiment.
Le travail de Thierry Meyssan est vivement critiqué par une partie des communautés journalistiques française et américaine mais rencontre un vif intérêt dans d’autres pays (pour la plupart hostiles aux États-Unis).

Plus d’infos : Théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001. (sur wikipedia)

Personnages célèbres du xxe siècle

Adolf Hitler

Adolf Hitler ne se serait pas suicidé.
Cette légende était courante dans les journaux à sensation des années 1950 et 1960.
Étant né en 1889, on peut néanmoins supposer qu’il est mort à l’heure actuelle.
L’hypothèse de sa survie, naturelle ou artificielle, a cependant inspiré beaucoup d’histoires de science-fiction.
En 2009, à la demande de la chaîne de télévision History qui réalise un documentaire intitulé Hitler’s Escape, qui traite de l’hypothèse de la fuite du dictateur, l’Américain Nick Bellantoni découvre que le crâne que l’on attribuait à Hitler est en réalité celui d’une jeune femme.
Des tests ADN réalisés aux États-Unis sur les échantillons ramenés par l’archéologue confirment ses dires.
Selon Nick Bellantoni, le crâne ne serait pas non plus celui d’Eva Braun.
Les témoignages affirment qu’elle se serait suicidée au cyanure, et non par arme à feu.

Hitler aurait été végétarien.
Cette thèse est réfutée par beaucoup d’historiens, mais une minorité pense qu’il l’a effectivement été.
En fait, le végétarisme d’Hitler aurait pour origine une prescription médicale, qu’Hitler ne respectait pas à la lettre.

Paul McCartney

Paul McCartney aurait péri dans un accident de voiture en 1966, et serait depuis lors « remplacé » par un sosie.

Autres personnages célèbres

Beaucoup de mystères circulent au sujet des personnages historiques (antérieurs au xxe siècle), mais tous ne sont pas dignes d’être qualifiés de « légendes contemporaines », car ils n’inspirent pas (ou plus) la culture populaire.
Néanmoins, et en particulier au sujet des plus grandes figures (Napoléon, Léonard de Vinci, Jésus de Nazareth, etc.), des récits, souvent peu vraisemblables, sont couramment rapportés, d’autant que des œuvres de fiction peuvent les populariser.
D’autres, enracinés dans les folklores locaux, ont survécu jusqu’à nos jours. Voici quelques-unes de ces légendes :

  • La niçoise Catherine Ségurane aurait à elle seule repoussé les Turcs, qui assiégeaient la ville, en leur montrant ses fesses (qui étaient, paraît-il, fort laides et sales).
  • Molière n’aurait pas écrit ses pièces, et n’aurait été que l’interprète et le prête-nom d’œuvres écrites par Corneille.
    De même pour Shakespeare, dont les pièces seraient de Bacon ; les tenants de cette légende s’appellent les anti-stradfordiens, puisque Shakespeare est né à Stratford-upon-Avon.
    Plus d’infos : Paternité des œuvres de Molière et Paternité des œuvres de Shakespeare sur wikipedia
  • George Washington, enfant, aurait abattu un cerisier que son père aimait beaucoup, et lorsque ce dernier demanda qui avait fait ça, George lui répondit ; « Père, je ne peux vous mentir, c’est moi. »
    Son père aurait été tellement touché par sa sincérité qu’il ne le punit pas.
    Cela renforça l’image positive de Washington, surnommé « The man who could not tell a lie » (« L’homme qui ne pouvait mentir »).
  • L’attachement de Voltaire à la liberté d’expression serait illustré par la très célèbre citation qu’on lui attribue : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »
    En fait, cette citation n’apparaît nulle part dans son œuvre publiée et trouve sa source en 1906 dans un commentaire de l’autrice britannique Evelyn Hall, dans son ouvrage The Friends of Voltaire, où, pensant résumer la posture de Voltaire à propos de l’auteur d’un ouvrage publié en 1758 condamné par les autorités religieuses et civiles, elle écrivait « “I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it” was his attitude now » (« “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit de le dire” était désormais son attitude »).
    Les guillemets maladroitement utilisés par Evelyn Hall ont été interprétés comme permettant d’attribuer la déclaration à Voltaire.

Moyen Âge

Une légende urbaine situe les lieux du crime de l’affaire de la rue des Marmousets à Paris au xve siècle, aussi connue comme la légende du barbier et du pâtissier sanguinaires, sur l’emplacement actuel du garage de la compagnie motocycliste de la Direction de l’Ordre Public et de la Circulation, aux 18-20, rue Chanoinesse, où une grande pierre, dite pierre du chien, qui aurait dit-on servi de billot aux assassins, est visible.

La légende de Sweeney Todd, passée dans le folklore anglais, rappelle l’histoire de la rue de Marmousets. Sweeney Todd est un personnage de fiction inspiré de faits plus ou moins avérés. Barbier londonien du xixe siècle, il commettait des meurtres froidement et faisait disparaître les corps avec la complicité de sa maîtresse qui préparait des friands à base de chair humaine.

Civilisations

Une légion romaine aurait été séparée de son armée après le désastre de Carrhes, elle aurait poursuivi son chemin jusqu’en Chine où les Romains se seraient installés.

Une mission scientifique affirme que la population chinoise de la localité de Zhelaizhai posséderait des types physiques latins et que deux tiers de son ADN est d’origine européenne, le thème a été repris par Valerio Massimo Manfredi dans un de ses romans, L’Empire des dragons, sorti en 2005.

# Marques et enseignes

McDonald’s

  • Les piscines à balles pour enfants de Mc Donald’s (et d’autres chaînes de restauration rapide) contiendraient des ordures, du vomi, des excréments, des seringues usagées et des serpents venimeux
  • Les hamburgers contiendraient un produit contre le vomissement car les sandwichs seraient trop gras pour être normalement digérés par l’organisme.
    La marque blanche que l’on peut parfois observer sous le pain n’est pas une pastille antiémétique mais une imperfection formée pendant la décongélation.
    On ne vomit d’ailleurs pas davantage si l’on s’abstient de la manger.
  • Les hamburgers de McDonald’s contiendraient une telle quantité de conservateurs alimentaires qu’ils ne pourraient pas moisir, même après plusieurs années.
    La moisissure ne se développe que dans certaines conditions, notamment d’humidité et de température.
    Si ces paramètres ne sont pas réunis, l’aliment ne moisira pas, qu’il s’agisse d’un hamburger ou d’un autre produit.
    Contrairement aux allégations véhiculées par la légende, un hamburger placé dans des conditions adéquates développe rapidement des moisissures

Walt Disney

Plusieurs légendes ou rumeurs existent sur Walt Disney.
La plupart ont été regroupées par Marc Eliot dans son livre Hollywood’s Dark Prince.
En voici quelques-unes :

  • Walt Disney est le fils illégitime hors mariage d’une femme née dans une ville près d’Almería, en Andalousie (Espagne) et adopté par Flora et Elias Disney.
    Rien n’indique un quelconque élément de vérité.
  • Walt Disney aurait reçu une rafale de fusil durant la Première Guerre mondiale.
    Disney ayant servi comme ambulancier dans la Croix-Rouge de 1917 à 1919, rien ne fait état qu’il ait été blessé mais sa fonction a pu faire croire à des blessures.
  • Walt Disney aurait empêché le drapeau des États-Unis d’être mis en berne à Disneyland après l’assassinat du président Kennedy en 1963.
    À cette époque, Disney était très occupé à rechercher le site de Walt Disney World Resort ; un choix de gestion « minime » ne dépendait pas de lui.
    De plus, il était à bord d’un avion, de retour de Floride.
  • Quand Walt Disney reçut la médaille présidentielle de la Liberté du président Lyndon Johnson durant une cérémonie en 1964 à la Maison-Blanche, il aurait porté un insigne « Goldwater », le candidat opposé à Johnson, sur son revers de veste.
  • Le corps de Walt Disney aurait été cryogénisé et serait stocké sous l’attraction Pirates of the Caribbean à Disneyland.
    Disney a été incinéré et son urne déposée dans la crypte familiale au Forest Lawn Memorial Park à Glendale en Californie.
    Cette thèse est toutefois largement « soutenue » par Leonard Mosley.
  • Le visage de Walt Disney apparaîtrait sur un buste dans Haunted Mansion.
    Le buste de l’« Oncle Théodore » est celui de l’acteur vocal Thurl Ravenscroft.
    Il semble qu’il est en place depuis l’ouverture de l’attraction le 9 août 1969.
    Mais, a contrario, l’un des pirates de Pirates of the Caribbean présente lui réellement le visage de Walt moulé par Blaine Gibson et depuis utilisé pour la statue Partners.
  • On prétend que le fantôme de Disney peut être vu dans plusieurs bâtiments de Disneyland tels que la Disney Gallery de New Orleans Square à Disneyland ou l’ancien Sunkist bar.
  • Disney serait le descendant d’un des sorciers de Salem, sa mère étant une descendante du Révérend G. Burroughs.
    Flora Call aurait un aïeul ayant habité dans la région de Salem à l’époque, mais le lien n’est pas clairement établi et des erreurs de généalogie sont possibles.
  • Disney serait un franc-maçon, la preuve venant principalement de la tenue de Mickey, inspirée des tabliers de la confrérie.
    Rien ne le prouve et la tenue de Mickey Mouse a été conçue dans un souci de simplicité.
  • Disney était juif et anti-communiste.
    A priori, il a été baptisé protestant (d’origine irlandaise) et ne s’est jamais converti.
    Rien n’indique pour lui une quelconque adhésion à la religion juive, à la différence de son neveu Roy Edward Disney, dont la société Shamrock affiche avoir des capitaux privés en Israël.
    Pour l’anticommunisme, deux choses s’opposent : la vision d’Epcot mêlant communisme, socialisme et libéralisme (ou celle de studios de Burbank) et la Commission des activités anti-américaines en 1947 où il a dénoncé comme communistes des animateurs syndicalistes qui avaient travaillé avec lui en 1941 et qui avaient déclenché une grève dans les studios Disney.
    Il semble plutôt être indépendant des extrêmes politiques mais avec un idéal de monde meilleur.
  • Disney était un antisémite notoire.
    D’après Katherine et Richard Greenne cette idée daterait de la grève des studios Disney en 1941, pendant laquelle certains dirigeants syndicalistes arguaient que Walt ne pouvait supporter Herbert K. Sorrell, un syndicaliste de confession juive.
    De nombreux employés juifs infirmèrent ce fait et Joe Grant indique « qu’il n’y a aucune preuve dans ce sens ».
    Toutefois Leonard Mosley rapporte des propos assez diffamatoires.
  • Francis Marmande explique dans un article citant Jean-Louis Ezine, que la plupart des problèmes de tyrannie de Walt Disney seraient liés à sa moustache qu’il voulait incomparable au sein de sa société
    Le code vestimentaire était surtout lié au parc Disneyland ouvert en 1955.
    Un code plus succinct existait au sein des studios mais de nombreuses exceptions existent.
    Ainsi, Thurl Ravenscroft portait la moustache.
    Walt Disney appréciait et travailla avec Dalì en autres sur Destino dans les années 1940.
    La « tyrannie » de Disney, souvent associée à la grève des studios et à la commission anti-américaine, daterait plutôt des années 1940.
    On peut voir ici des raccourcis historiques qui donnent lieu à des interprétations saugrenues.

Coca-Cola

  • Le Coca-Cola contiendrait des acides assez forts pour dissoudre une dent (ou un clou, une pièce d’un cent, ou un morceau de steak) dans un verre en une nuit.
    Non seulement le Coca-Cola ne peut pas dissoudre une dent en une nuit, mais d’autres aliments ou boissons, comme le jus d’orange par exemple, présentent une acidité similaire.
    Dans tous les cas, le taux d’acidité est trop bas pour endommager le système digestif.
  • Le père Noël aurait été inventé par Coca-Cola pour une publicité.
    Une variante de cette légende serait que le père Noël portait à l’origine un costume vert et serait aujourd’hui représenté en rouge à cause des publicités Coca-Cola.
    Il existe en fait des images du père Noël bien antérieures à la publicité en question, présentant bien souvent le Père Noël dans un costume rouge.
    Cela dit, les publicités Coca-Cola ont contribué à populariser l’image du Père Noël.
  • Le Coca-Cola Light contiendrait en réalité du sucre et la compagnie n’aurait qu’à payer une amende annuelle pour pouvoir continuer à utiliser la supercherie.
    Cette affirmation n’a jamais été démontrée.
    En outre, il ne suffit pas de payer une amende pour continuer de commercialiser un produit frauduleux.
  • Le Coca-Cola aurait été à l’origine de couleur verte.
    Aucune des quelques modifications de la recette n’a jamais changé la couleur marron du Coca-Cola, apportée par le colorant caramel.
    Le marron semble avoir été choisi explicitement dès l’origine, car les premières fabrications de Coca-Cola étaient artisanales et le marron cachait bien les impuretés.
    Le Coca-Cola a bien été vendu dans des bouteilles en verre de couleur verte, ce qui pourrait expliquer l’origine du mythe.
  • Le Coca-Cola contient du dioxyde de carbone qui peut tuer si on en boit à l’excès.
    Un chauffeur de camion (ou, selon d’autres versions, un étudiant) en aurait d’ailleurs été victime.
    Si cela était vrai, tous ceux qui ne boivent que de l’eau gazeuse seraient en grave danger.
  • Le mélange du Coca-Cola et d’un bonbon Mentos aurait provoqué la mort d’une personne ayant ingéré les deux produits simultanément.
    Cette variante de la légende précédente est apparue sur internet peu de temps après les nombreuses vidéos montrant des geysers produits en plongeant un bonbon Mentos dans du Coca-Cola.
    Même si les effets produits par l’ingestion de ces deux produits sont assez désagréables, ils ne sont pas mortels : le phénomène de geyser est purement physique, il ne libère ni acide ni substance toxique.
  • Seules deux personnes connaîtraient la recette du Coca-Cola, et chacune d’entre elles n’en connaîtrait qu’une moitié.
    Comme pour tout produit commercialisé, les ingrédients du Coca-Cola ne sont absolument pas secrets et la recette est simplement déposée.
    De plus, les dosages peuvent être mesurés avec un spectromètre de masse.
  • L’ingrédient secret du Coca-Cola serait en fait de la cocaïne.
    Le Coca-Cola ne contient officiellement plus de cocaïne depuis 1903.
    Pourtant, on en a retrouvé des traces infimes jusqu’en 1929.

Autres produits

  • Sur les paquets de cigarettes Camel serait dissimulé le Manneken-Pis (dans la cuisse avant gauche de l’animal), qui aurait été réalisé par un dessinateur belge
  • Les chewing-gums de la marque américaine Bubble Yum contiendraient des œufs d’araignée
  • Kentucky Fried Chicken commercialiserait la viande de poulets transgéniques sans bec, pattes ou plumes
  • La taurine qui empêchait la commercialisation de la boisson énergétique Redbull serait extraite des testicules de taureau.
    En fait, la taurine est un dérivé d’acide aminé, présent dans l’organisme – en particulier l’appareil digestif – des bovins et d’autres animaux (de l’huître à l’homme), et même dans les œufs.
  • Les calamars frits seraient confectionnés à partir d’anus de porc
  • Dormir dans une pièce close avec un ventilateur en marche pourrait entraîner la mort
# Pays et continents

Belgique

  • L’Atomium de Bruxelles n’aurait pas neuf mais dix boules, la dixième serait souterraine.
  • Albert Ier ne serait pas mort à la suite d’une chute dans les rochers de Marche-les-Dames mais aurait été assassiné.
  • La nuit toutes les routes sont éclairées, d’ailleurs, grâce à elles, on voit la Belgique depuis l’espace.

Toutes les routes belges ne sont pas éclairées la nuit.
D’ailleurs certaines parcelles d’autoroutes comme la E42 ne sont pas du tout éclairées.
En ce qui concerne la possibilité d’observer la Belgique depuis l’espace grâce à l’éclairage de ses autoroutes, c’est en partie véridique.
Mais cela s’explique par le fait que la Belgique est, avec les Pays-Bas et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie en Allemagne, une zone très densément peuplée (435 hab./km2).

France

Légendes racistes

  • En 1969, la « Rumeur d’Orléans » est une rumeur antisémite.
  • En 2013, la « Rumeur du 9-3 » est une rumeur contre les personnes de couleur.
  • En 2019, la « Rumeur de Bobigny » est une rumeur contre les Roms de Seine-Saint-Denis qui prétend que ces derniers enlèvent des enfants pour alimenter les réseaux de prostitution.

Légendes parisiennes
La ville de Paris a inspiré, en raison de sa taille, de la diversité de sa population et des multiples activités qui s’y pratiquent, une quantité de légendes et rumeurs, certaines (telle celle de la « Tour de Nesle » ou de Nicolas Flamel) étant très anciennes, parfois pour ainsi dire autant que la ville elle-même (et il en est de même dans toutes les grandes métropoles).
Si certaines d’entre elles ne sont pas spécialement typiques à Paris et sont présentées dans d’autres paragraphes, quelques légendes contemporaines sont proposées ci-dessous :

  • La Pyramide du Louvre serait composée de 666 plaques de verre, un symbole satanique.
    La Pyramide est constituée de 603 losanges et 70 triangles de verre, soit 673 panneaux.
  • Sur la place du Père-Teilhard-de-Chardin à Paris, une curieuse statue représente un personnage coupé en deux, ses pieds devant lui.
    Cette œuvre hommage à Arthur Rimbaud s’intitule L’Homme aux semelles devant.
    Une légende veut que la statue soit une bourde due à une mauvaise compréhension du surnom du poète, « l’homme aux semelles de vent ».
    Il s’agit en réalité d’un calembour totalement volontaire et revendiqué par l’auteur de la statue, Jean-Robert Ipoustéguy.
  • Dans les égouts de Paris survivraient des alligators, ramenés bébés de Floride ou d’Afrique par des touristes et ensuite jetés dans les toilettes lorsque leur taille les rend impossible à concilier avec une vie en appartement.
    Il est impossible que des alligators puissent survivre longtemps dans les égouts.
    L’eau y est de trop mauvaise qualité et, comme tous les animaux à sang froid, les sauriens doivent pouvoir s’exposer à la lumière du soleil.
    Cependant, le service responsable des égouts a trouvé en mars 1984 un petit crocodile du Nil d’environ 80 cm sous le quai de la Mégisserie.
    Le reptile est toujours vivant en 2012 à l’aquaterrarium du Parc du Golfe à Vannes.
    Il s’était échappé d’une animalerie du quai de la Mégisserie et aurait survécu en égout pendant quelques semaines.
  • La Tour Eiffel reposerait sur des vérins hydrauliques afin de ne pas être renversée par le vent.
    Des vérins ont effectivement été brièvement utilisés aux fins de nivellement pendant sa construction mais les piles définitives reposent, depuis plus d’un siècle, sur une base en béton.

Légendes lyonnaises

  • On raconte que le sculpteur de la statue de Louis XIV (place Bellecour) à Lyon, se rendant compte qu’il avait oublié les étriers à la statue, se serait suicidé.
    La même légende a cours à Montpellier, là encore à propos d’une statue équestre de Louis XIV sans étriers, sur la place du Peyrou.
    En réalité, si Louis XIV n’a pas d’étrier, c’est parce qu’il est représenté « à la romaine », c’est-à-dire à cru, sans selle ni étriers. Quant au sculpteur François-Frédéric Lemot, il est décédé de mort « naturelle ».
  • L’existence d’un lac sous Fourvière.
  • La présence d’une tête du Christ en or massif dans le lac du parc portant son nom, le parc de la Tête d’or.
  • Une rumeur tenace à Lyon veut que la tour métallique de Fourvière ait été conçue par Gustave Eiffel.
    Certains Lyonnais ont d’ailleurs coutume de l’appeler « la tour Eiffel ».
    La tour de Fourvière, construite cinq ans après celle d’Eiffel, est inspirée de l’architecture de cette dernière, mais Gustave Eiffel n’a aucunement participé à sa conception.

Ailleurs en France

  • Le Mont-Saint-Michel était entouré de terres et d’une grande forêt, la Forêt de Scissy, qui fut dévastée en 709 par un raz-de-marée.
    Il ne s’agit pas d’un raz de marée mais d’une grande marée
  • Le port d’Aigues-Mortes, port maritime au xiiie siècle, donnait directement dans la mer, Louis IX, qui souhaitait un accès direct à la mer Méditerranée, fit construire le port afin de partir en croisade.
    L’ensemble du port d’Aigues-Mortes comprenait le port proprement dit, qui se trouvait dans l’étang de la Marette, le Canal-Viel et le Grau-Louis, le Canal-Viel étant le chenal d’accès à la mer.
  • Dans le petit village de Rennes-le-Château, situé dans le département de l’Aude. un fabuleux trésor aurait été découvert par l’abbé de la paroisse, en 1889.
    C’est la prétendue richesse subite de cet abbé (qui se lança dans de grands travaux dans son église et son environnement) qui créa la légende : il s’agit plus probablement de détournements de fonds destinés à l’église ou autres malversations du même genre.
    Malgré l’absence totale de preuves matérielles sur la réalité de ce trésor (beaucoup de “pistes” dites historiques ont été évoquées, mais sans aucune certitude) et surtout la suspension (avérée, cette fois-ci) du curé par ses supérieurs hiérarchiques, cette affaire de trésor présumé “fabuleux” a tout de même fait couler beaucoup d’encre et usé beaucoup de pellicules (livres, reportages et même des films hollywoodiens) à la suite de supputations plus ou moins diverses (et la plupart farfelues) dont l’affaire du Prieuré de Sion, ci-dessous, l’Ahnenerbe nazi (organisme de recherche dépendant de la SS) a même mené des missions d’exploration à Rennes-le-Château pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Le Prieuré de Sion : confrérie qui remonterait à 1099, liée à l’ordre du Temple et dont la mission aurait été de préserver le secret d’une descendance cachée des Mérovingiens pour la restauration d’une monarchie mérovingienne en France.
    C’est un canular de Pierre Plantard et de Philippe de Cherisey en grande partie lié à la « fabuleuse découverte » de l’abbé de Rennes-le-Château et à la publicité qui en découla.
  • Yves Pichon, l’officier signant les PV des radars automatiques, n’existerait pas et ne serait qu’un pseudonyme emprunté par plusieurs policiers.
    Yves Pichon travaille au Centre automatisé de constatation des infractions routières, situé à Rennes, qui traite les infractions constatées par les radars automatiques de toute la France.
    Ceci explique l’apparent don d’ubiquité du gendarme.
    Le grade d’Yves Pichon indiqué sur les procès verbaux a par ailleurs évolué avec le temps, signe qu’il s’agit bien d’une personne réelle
  • Après la catastrophe de Tchernobyl, les autorités responsables de la sécurité en France auraient déclaré que « le nuage radioactif s’est arrêté à la frontière ».
    Aucun responsable français n’a prononcé cette phrase, mais, des années après la catastrophe, la légende continue de circuler.
    La confusion provient notamment de la présentation d’une carte météorologique avec un panneau stop au journal de 20h d’Antenne 2
  • La gratuité des routes en Bretagne consentie par le Général de Gaulle en 1969 remonterait à un privilège breton conquis par Anne de Bretagne, laquelle avait « obtenu la suppression de l’octroi, mais elle est morte en 1514 et n’avait pas obtenu une concession perpétuelle ».
    En réalité, les contrats de mariage d’Anne de Bretagne et l’édit du Plessis-Macé de 1532 garantissent bien des droits, libertés et privilèges à la Bretagne mais aucune disposition ne concerne les péages (appelés tonlieux) et les octrois qui ont de fait perduré jusqu’en 1943.
    La gratuité du réseau routier breton est promise en 1969 pour compenser le handicap lié à l’excentration de la Bretagne par rapport au reste de l’espace français et européen.

Autres pays

  • L’archipel des Bermudes est réputé pour abriter nombre de personnalités du spectacle prétendument décédées – prématurément – mais qui continueraient à y vivre à l’abri de leurs fans.
  • Au nord de la Suède, la ville de Chako Paul serait habitée par 25 000 femmes, aucun homme n’ayant le droit d’y entrer.
    Les habitantes ne pouvant pas réfréner leurs désirs se tournent donc vers l’homosexualité.
    Ce canular a été véhiculé en 2009 par les médias chinois Harbin News et Xinhua, créant de toutes pièces cette ville, aussi appelée Shakebao dans certains articles
  • À Hong Kong, chaque sortie d’un film ou d’une série avec l’acteur Adam Cheng en vedette provoquerait une chute brutale et inexpliquée de la bourse de Hong Kong (effet Ting Hai).
    En 2004, un rapport du Crédit lyonnais sur la chute de 10% de l’index Hang Seng après la diffusion de la nouvelle série de Cheng, Blade Heart, conclut que : « Bien qu’aucune raison logique ne puisse être trouvée, le pouvoir prédictif de l’effet Adam Cheng est mystérieusement précis »..
# Sciences

Biologie

SIDA

  • L’origine du SIDA ne serait pas naturelle, mais une arme biologique conçue et utilisée pour des raisons de génocide.
    Une origine des États-Unis, contre l’Union soviétique, est suggérée.
    Opération de désinformation du KGB lancée quelques mois après l’identification du virus
  • Des seringues infectées par le SIDA, installées par des drogués fous, traîneraient sur des bancs publics, distributeurs automatiques, pompes à essence et sièges de cinéma de grandes villes.
    Selon la légende, la victime, après avoir senti la piqure, trouverait sur la seringue un mot indiquant « Vous venez d’être infecté par le virus du SIDA ».
    Du sang contaminé par le SIDA ne représente un danger que pendant une très courte durée, et ce à cause de la faible durée de vie du virus.
    De plus il est parfaitement possible, lorsqu’on vient d’être infecté, de suivre à l’hôpital un traitement d’urgence qui réduit très fortement le risque de développer le SIDA.
    Cette rumeur a notamment commencé à circuler à Issy-les-Moulineaux en février 2001.
    Se transmettant par courriel, ce « mythe urbain » était déjà apparu en juin 2000 aux États-Unis
  • Le SIDA aurait été transmis à l’homme par l’intermédiaire de femmes africaines violées par des singes mutants.
    Le VIH est étroitement lié aux virus entraînant des maladies semblables au SIDA chez les primates, le virus d’immunodéficience simien (VIS).
    Il existe plusieurs théories sur l’origine du SIDA, mais il est communément admis que le VIH-1 est une mutation du VIS.
    Ce dernier infecte notamment les chimpanzés (Pan troglodytes), qui sont des porteurs sains du VIScpz.
    La transmission chez l’homme a été rendue possible par une mutation du virus.
  • Un homme séropositif séduirait des femmes dans les aéroports pour coucher avec elles.
    Par la suite, il leur envoie un « cadeau » contenant un rat mort et une note, « Bienvenue au Club SIDA ».
    Une variante de cette légende est qu’une femme atteinte du sida coucherait avec des hommes pour leur transmettre sa maladie et ils se réveilleraient en trouvant sur le miroir de la salle de bains « Bienvenue dans le monde du Sida » écrit au rouge à lèvres.
    Néanmoins, une juridiction pénale française a condamné un homme à six ans d’emprisonnement pour administration de substance nuisible de nature à entrainer une infirmité permanente, pour avoir multiplié les conquêtes féminines, prétextant une allergie au latex pour ne pas utiliser de préservatif, tout en se sachant atteint du SIDA (Arrêt de la chambre criminelle de la Cour de Cassation en date du 10 janvier 2006)

Poils, cheveux et ongles

  • Porter un chapeau bloquerait la circulation du sang vers les bulbes capillaires et provoquerait la calvitie (rapportée dans le film Louis ou Louise).

Alimentation et digestion

  • Se baigner moins de trois heures (voire une heure) après avoir mangé paralyserait le corps par hydrocution et provoquerait alors la noyade.
    Néanmoins, les heures suivant midi étant les plus chaudes de la journée, elles sont plus propices à l’hydrocution.
    De plus, la digestion demande un afflux sanguin important dans les intestins, et l’organisme a plus de mal à faire face à ces dépenses énergétiques simultanées
  • Les épinards seraient particulièrement riches en fer.
    Cette légende serait née de la faute de frappe d’une secrétaire américaine
    Plus d’infos : Épinards, la légende du fer.
  • Chaque humain mangerait régulièrement une araignée durant son sommeil (voire toutes les nuits).
    Le visage, les lèvres, la langue et la glotte d’un humain sont extrêmement sensibles : un contact suspect ou une intrusion buccale amène le corps à réagir inconsciemment (mouvement de dégagement) ou déclenche le réveil.
    Les araignées sont également extrêmement sensibles : elles captent les vibrations et les odeurs.
    Elles fuient donc les humains qui apparaissent clairement comme des prédateurs.
    Il semblerait que l’histoire fut inventée par une chroniqueuse allemande, Lisa Holst, dans un article de 1993 pour démontrer la crédulité des internautes.

Mort

  • On perdrait 21 grammes juste après sa mort, ce qui correspondrait au poids hypothétique de l’âme humaine.
    Cette théorie des 21 grammes a été élaborée par un médecin américain en 1907.
    Elle est fortement critiquée pour le manque de rigueur de l’expérimentation et n’a jamais été confirmée.

Sexologie

  • Pratiquer la masturbation rendrait sourd ou aveugle.
    Une autre version prétend qu’elle détruirait la moelle épinière.
    Ces légendes proviennent de certaines théories hygiénistes du xixe siècle, appliquées à la sexualité.

Psychologie

  • Sur un bateau, un homme piégé dans une chambre froide aurait énormément souffert de la basse température et aurait inscrit sur les murs les détails de sa douleur, puis aurait succombé… si ce n’est que le mécanisme de réfrigération ne fonctionnait pas et que la chambre était au pire tiède.
    L’homme aurait donc été tué par sa propre conviction mentale.
    Rapporté dans L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu de Bernard Werber.

Neurologie

  • On utilise que 10 % de notre cerveau et certaines personnes peuvent profiter de capacités exceptionnelles en débloquant des zones du cerveau.
    Appelée « mythe de l’utilisation incomplète du cerveau », cette légende urbaine, qui n’a pas de bien-fondé scientifique, trouve son origine dans l’observation du fait que certaines personnes développent des capacités hors du commun.
    Ce mythe est repris notamment par le courant spirituel New Age, par Luc Besson, dans son œuvre cinématographique Lucy et dans le film du réalisateur américain Neil Burger : Limitless

Physique et chimie

  • Des scientifiques auraient fait cuire des œufs avec les ondes d’un téléphone portable.
    Variante : des vidéos sur Internet montrent des personnes produisant du pop-corn en exposant des grains de maïs aux ondes de téléphones portables.
    Les ondes des téléphones portables ne permettent pas de cuire des aliments. Les vidéos de 2008 transformant le maïs en pop-corn étaient truquées et constituaient une opération de marketing viral de la société Cardo Systems afin de promouvoir ses kits mains libres
  • Lorsque l’on vide un lavabo ou un évier, la force de Coriolis ferait tourner le tourbillon d’eau dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord, et dans le sens inverse dans l’hémisphère sud.
    Contrairement à ce qui est enseigné parfois dans les lycées, dans les éviers et lavabos, l’accélération de Coriolis est négligeable, et ce sont de petites perturbations difficiles à prévoir qui décident du sens de rotation, qui peut d’ailleurs avoir lieu dans les deux sens dans la même salle de bain.
    L’effet mis en œuvre dans le lavabo s’appelle l’« équilibre cyclostrophique ».
    La force d’inertie de Coriolis n’est perceptible que pour les phénomènes de grande ampleur, ou à lente évolution, comme la circulation atmosphérique, océanique ou les cyclones (Tropicaux et extratropicaux).
    Cette légende constitue la base du scénario d’un épisode des Simpson ; Bart contre l’Australie (Saison 6, épisode 16).
    Elle a également été utilisée comme solution à l’une des Enigmes de Monsieur Zibus, dans l’émission de radio Déjeuner Show de Jean-Paul Rouland et Claude Olivier, diffusée sur Europe 1 à la fin des années 1960, puis dans le livre qui en a été tiré (200 énigmes de M. Zibus, Jean-Paul Rouland, chez Robert Laffont).
  • L’association, dans des conditions spéciales, des éléments chimiques bore, argon, gallium, et indium permettrait de créer un panneau solaire au rendement exceptionnel de 100 %, donnant accès à une énergie gigantesque.
    Cette légende est l’élément central du scénario de la saison 4 de Prison Break.
  • Les cactus auraient la propriété d’absorber les ondes électromagnétiques.
    Cette légende s’est propagée durant les années 2000.
    En réalité, seul l’effet placebo peut être perçu.
    En 2013, cette légende a été à nouveau ravivée au travers d’une grande radio française, France Inter

Mathématiques

  • Le prix Nobel de mathématiques n’existerait pas car la compagne d’Alfred Nobel l’aurait trompé avec un mathématicien.
    Nobel n’était pas marié.
    Les prix Nobel sont décernés à des disciplines pratiques, étant considérées comme ayant une influence directe sur la vie contemporaine, ce qui n’était pas le cas des mathématiques dans l’esprit d’Alfred Nobel.

Exploration de données

  • En utilisant des méthodes d’exploration de données sur les tickets de caisse, la chaine de distribution généraliste Wal Mart aurait découvert une corrélation entre l’achat de couches pour bébé et de bière le samedi après-midi (et pas les autres jours), par les mêmes consommateurs. Wal Mart aurait décidé de déplacer ses rayons « bière » près du rayon « couches pour bébé », ce qui aurait fait augmenter les ventes de bière.
    On trouve diverses variantes dans les introductions à l’exploration de données : absence de corrélation entre couches et « petits pots », différences entre le jeudi et le samedi (ou le vendredi), entre consommateurs hommes et femmes, entre consommateurs de divers âges, différentes heures, etc.
    Il s’agit d’une légende urbaine à but pédagogique.
    Il s’agit aussi d’une légende urbaine à base réelle.
    L’étude réalisée en 1992 par Thomas Blischok, de la société informatique Teradata (spécialisée dans l’exploitation des grands volumes de données) sur les ventes (tickets de caisse) de 25 supermarchés Osco, montrant une association entre les achats de bière et les achats de couches pour bébé entre 17 h et 19 h par les mêmes consommateurs.
    L’analyse n’incluait aucune information sur l’âge ou le sexe des consommateurs, et Osco n’a jamais positionné ses rayons de bière près de celui des couches.

Astronomie et Sciences de la Terre

Terre

  • Les gens du Moyen Âge croyaient que la Terre était plate.
    Les théories de Ptolémée sur la rotondité de la Terre étaient reconnues chez les savants et les autorités religieuses (notamment, dans les grands centres du monachisme occidental, comme Cluny ou Cîteaux).
    Par contre, la plupart des gens du peuple, pendant cette période historique, n’ayant évidemment pas accès au « quadrivium » de l’enseignement médiéval, les informations non-fondées ne manquaient donc pas de circuler parmi eux.
    À l’inverse, l’héliocentrisme, qui avait pourtant été théorisé dès -280 par l’astronome grec Aristarque de Samos, n’était pas reconnu par les érudits de l’antiquité tardive, ni du Moyen Âge.
    Il n’a été démontré qu’à la Renaissance, vers 1530, par Copernic.
    Et même s’il a fallu deux siècles pour que son enseignement soit officiellement accepté par la hiérarchie de l’Église, l’héliocentrisme était un fait parfaitement admis parmi les ecclésiastiques et les religieux catholiques

    Plus d’infos : Mythe de la Terre plate sur wikipedia

Conquête spatiale

Plus d’infos : Rumeurs sur le programme Apollo.

  • Les américains n’auraient jamais marché sur la Lune.
    Les images auraient été tournées en studio avec divers trucages et décors artificiels, et auraient d’ailleurs même été réalisées par Stanley Kubrick qui venait de tourner 2001, l’Odyssée de l’espace, en 1968.
    Un faux documentaire a été réalisé par William Karel sur le sujet : Opération Lune. Un livre a été écrit reprenant ces « fables » par un certain Philippe Lheureux dans Lumières sur la Lune
  • En se baladant sur la Lune, Neil Armstrong aurait dit à Houston : « Bonne chance, Monsieur Gorsky ».
    Pourquoi ?
    Ne voulant répondre pendant trente ans, Armstrong aurait fini par confier : « Monsieur Gorsky est mort maintenant. Je vais pouvoir répondre à votre question : lorsque j’étais gosse, j’avais l’habitude de jouer au basket dans le jardin. Un jour, le ballon atterrit dans le jardin du voisin. Au moment où j’allais le ramasser, je suis passé devant la fenêtre de la chambre à coucher de M. et Mme Gorsky, nos voisins. Et là, j’ai pu entendre madame Gorsky qui disait à monsieur Gorsky : « Une fellation ? Tu veux que je te fasse une fellation ? Je t’en ferai une le jour où le gosse du voisin marchera sur la Lune ! »
    Cette histoire est totalement fausse.
    Non seulement, cette phrase ne figure pas dans les enregistrements de l’époque, mais l’interview où Armstrong aurait fait cette révélation est elle-même introuvable.
    Aucune trace d’un voisin nommé Gorsky n’a été retrouvée non plus.
    Un court-métrage, Good luck, Mr. Gorsky fut tourné autour de cette légende contemporaine.
    Plus tard, le film français Essaye-moi se serait basé sur cette histoire.
    On peut également entendre cette fameuse phrase dans le générique d’ouverture du film Watchmen : Les Gardiens de Zack Snyder sorti en mars 2009.
  • La NASA aurait dépensé plus de 12 millions de dollars pendant dix ans pour mettre au point un stylo bille sous pression capable d’écrire en apesanteur, le « Space Pen ».
    Dans le même temps les soviétiques auraient résolu le problème en utilisant un crayon à papier.
    Non seulement le développement du stylo n’a pas couté aussi cher (environ deux millions de dollars en réalité), mais la NASA n’a pas financé son développement.
    De plus l’usage d’un crayon dans une navette spatiale est potentiellement dangereux à cause des petits éclats voire des mines cassées qui peuvent se retrouver dans les composants électroniques.
    Pour ces raisons, les soviétiques ont eux-mêmes utilisé le stylo américain après qu’il a été inventé

Zoologie

  • Une Américaine aurait accidentellement tué son chiot en le mettant à sécher dans son four à micro-ondes.
    Elle aurait gagné son procès contre le fabricant car ce dernier n’avait pas mentionné explicitement sur la notice qu’il ne fallait pas mettre d’animaux vivants dans le four.
    Tous les cas connus d’animaux passés aux four à micro-ondes étaient des actes de cruauté délibérée.
    Cette légende est cependant rendue crédible par le caractère procédurier des consommateurs américains qui n’hésitent pas à attaquer une entreprise lorsqu’elle n’aura pas mis suffisamment d’avertissements sur ses produits, ce qui conduit à des avertissements loufoques apposés sur lesdits produits.
  • Des soldats américains en mission en Irak auraient découvert des araignées géantes, les « Camel Spiders », pouvant courir à des vitesses ahurissantes, poussant des cris et se nourrissant de chameaux qu’elles auraient au préalable tués grâce à un puissant venin.
    En fait, il ne s’agit même pas d’araignées.
    Cette légende vient d’une photo d’un soldat montrant deux solifuges (arachnides) morts accrochés l’un à l’autre.
    L’angle de prise de vue peut faire croire au premier coup d’œil qu’il s’agit d’un seul et même animal de taille impressionnante
  • Les éléphants auraient peur des souris, car celles-ci rentreraient par leur trompe pour leur dévorer le cerveau.
    Un épisode de MythBusters (saison 5, épisode 22) montre qu’effectivement les éléphants arrivent à voir les souris et s’en détournent (il n’est pas fait mention du fait qu’elles rentreraient dans leur trompe par contre).
  • Les lemmings se suicideraient volontairement dans le but de lutter contre leur surpopulation.
    Il s’agit en fait de morts accidentels lorsque les lemmings migrent et explorent de nouveaux territoires lors d’épisode de dispersion de masse.
    Toutefois cette légende urbaine a été popularisée par le documentaire de Disney White Wilderness de 1958 où les cinéastes ont monté de toutes pièces (tourné en Alberta avec quelques douzaines de lemmings importés)
    Un jeu vidéo, Lemmings, s’est appuyé sur cette légende, qui a aussi été reprise en tant que symbole dans la littérature écologiste afin de dénoncer les attitudes inconscientes de l’humanité par rapport à l’environnement
# Arts et culture populaire

Éducation

  • Une copie de philosophie, corrigée par cinquante professeurs, aurait reçue des notes allant de 0 à la note maximale.
    Difficilement vérifiable.
    Une copie de philosophie généreusement notée 14/20, re-corrigée par dix professeurs à la demande du magazine L’Etudiant, a été estimée entre 6 et 13.
    Toutefois, sur les dix notes proposées, presque toutes se situent autour de 12.
    Les remarques pointent souvent les mêmes qualités et défauts dans des termes différents
  • Un élève aurait répondu à un devoir de philosophie dont le sujet était « Qu’est-ce qu’un risque ? » par la seule phrase « Un risque c’est ça. » écrit au verso.
    Le risque était que le correcteur pense avoir affaire à une page blanche et la note zéro sans penser à la retourner.
    Cette anecdote est en réalité issue d’un film de 1978, Le Pion
  • Si un élève de première meurt à l’approche du baccalauréat français (souvent en se suicidant), tous ses camarades de classe se voient dispensés de passer l’épreuve, laquelle est alors reportée pour eux l’année suivante.
    Le film Terminale de Francis Girod aborde quelque peu ce sujet.
  • Aux États-Unis, à l’université, si un élève se suicide, son colocataire obtient automatiquement la moyenne

Littérature

  • Alfred de Musset et George Sand auraient eu une correspondante grivoise avec des poèmes dit acrostiches à caractère érotique.
    En réalité, il s’agit d’un canular monté par leur entourage après leur mort à la fin du xixe siècle

Musique

  • Première légende en date (1966 / 69) des légendes issues de la culture rock : l’affaire de la prétendue mort de Paul McCartney, selon laquelle il serait décédé dans un accident de voiture, fin 1966, peu de temps avant l’enregistrement de l’album Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band.
    Cette légende a été à l’origine de la plus grande agitation de ce type dans les milieux jeunes et étudiants du monde anglo-saxon des années 1960.
    Des centaines « d’indices secrets » (dont la plupart se sont révélés totalement farfelus), ont été « découverts » de par le monde.
    Cet engouement s’est affaibli dans les années 1980 et 1990, mais l’arrivée d’internet a permis un regain important de la légende, notamment par la création de sites exclusivement consacrés à cette légende.
  • En écoutant Stairway to Heaven de Led Zeppelin à l’envers, on entendrait un message satanique
  • Pink Floyd ne signifie pas « flamant rose », « flamant » se traduisant en anglais par « flamingo ».
    C’est en fait un hommage aux musiciens de blues, Pink Anderson et Floyd Council.
  • La comptine Une Souris verte raconterait à l’origine, de façon métaphorique, l’histoire tragique d’un chouan torturé à mort par des sans-culottes pendant la guerre de Vendée.
    En fait, les origines de cette comptine sont très obscures.
    La présente tentative d’explication n’est apparue qu’à partir de 2010 et n’est soutenue par aucun ouvrage savant.
    En revanche, aucun ouvrage d’historien ou de folkloriste n’a jamais mentionné Une Souris verte parmi les chansons engendrées par la Révolution française
  • Les paroles de la chanson In the Air Tonight de Phil Collins seraient basées sur un fait divers concernant une noyade accidentelle où quelqu’un qui était assez proche pour sauver la victime ne l’a pas aidée, alors que Collins, qui était trop loin pour lui venir en aide, a été témoin de la scène.
    Parmi les différentes variations de cette légende urbaine, certaines prétendent que le chanteur aurait invité par la suite cette personne à un de ces concerts et l’aurait fixé du regard pendant toute la chanson ou bien qu’un projecteur se serait braqué sur lui.
    La chanson Stan de Eminem mentionne explicitement cette légende contemporaine.
    Par ailleurs, Phil Collins a lui-même démenti ces théories, déclarant que In the Air Tonight avait été écrite après son divorce d’avec sa femme Andrea et que les paroles ne signifiaient rien, si ce n’est la colère qu’il ressentait à cause de cette séparation

Radiophonie

  • Une lecture radiophonique de la Guerre des Mondes d’H.G. Wells par Orson Welles aurait provoqué un mouvement de panique aux États-Unis.
    Aucun incident n’a jamais été recensé.
    En fait, la postérité a exagéré l’ampleur des quelques cas d’affolements d’auditeurs

Sport

  • Dans les arts martiaux asiatiques, des frappes secrètes (le dim mak) permettraient de tuer son adversaire avec un temps de décalage (ce qui aurait coûté la vie à Bruce Lee entre autres)[réf. souhaitée].
    Plusieurs scènes du film Kill Bill y font référence et le dessin animé Ken le Survivant s’appuie largement dessus pour les techniques de son héros.
  • William Webb Ellis aurait pris le ballon à la main lors d’un match de football en 1823, et c’est de ce geste que serait né le rugby moderne.
    C’est faux, les origines du rugby sont en fait bien plus anciennes.
    On peut les rapprocher du jeu dit de « la soule » commun au Moyen Âge en Europe et qui opposait deux villages la plupart du temps.
    L’objectif était d’apporter au centre du village adverse une panse de brebis.
    Il n’y avait pas de règles précises à ce jeu.
  • Faire des étirements avant et/ou après le sport permettrait de réduire la douleur due aux courbatures.
    Une étude de 2002, publiée par la Collaboration Cochrane, qui a pris en compte douze autres études, dont une portant sur 2 377 participants, conclut que la réalisation d’une séance d’étirements avant et/ou après l’effort ne produit pas de réduction significative des courbatures d’un point de vue clinique.
    En dehors de la question spécifique des courbatures, les étirements sont pratiqués car il est acquis qu’ils favorisent la récupération et préviennent les blessures. D’autre part, ils sont partie intégrante de l’échauffement, et ce quel que soit le sport.

Transports

  • Un plongeur aurait été retrouvé mort sur les lieux d’un incendie éteint, largué par un Canadair qui l’aurait ramassé dans un lac en même temps que l’eau.
    En réalité, les écopes des canadairs font environ 200 cm2 et ne pourraient pas « collecter » un homme.
    L’une des premières scènes du film Magnolia fait d’ailleurs référence à cette légende, ainsi que:

    • le film la Turbulence des fluides
    • le film Pétrole ! Pétrole !
    • un épisode de Marie Pervenche
    • un épisode de la série Les Experts (saison 2, épisode 5)
    • le roman Barney’s Version (Le Monde de Barney, en français), de Mordecai Richler
    • le roman La Daronne de Hannelore Cayre
Plus d’infos : wikipedia wikipedia

[Histoire – 1764 – 1767 – France] La Bête du Gévaudan :
[Mythologie – Japon] Kuchisake-onna :
Lien vers la fiche :
[Légendes Urbaines] Bloody Mary :
[Culture – Japon] Hitobashira – Pilier humain :
Lien vers la fiche :
[Légendes Urbaines] La dame blanche :
[Légendes Urbaines] Les sorcières de Salem :
[Légendes Urbaines] Le Slender Man :
[Légendes Urbaines] Les creepypasta :

Les derniers articles par Waha (tout voir)
0 0 votes
Évaluation de l'article

Waha

Co-créatrice de la communauté Bidouilleuse de code Créatrice de bugs / features Boulette officielle Mon but dans la vie : conquérir le monde à dos de drosophile Mes animés préférés : host club, black lagoon, durarara, deadman wonderland, excel saga, Gurren Lagann, samurai champloo Mes mangas préférés : Goth, Death note, Deadman Wonderland, Perfect World, Attaque des titans, Seven Deadly Sins... Mes films préférés : Arrietty, Summer Wars, Garden State, une vie moins ordinaire, Le seigneur des Anneaux, Bienvenue a gattaca, La traversée du temps, le chateau ambulant, le voyage de chihiro, princesse mononoke, John Wick Mes séries TV préférées : Nerdz, le visiteur du futur, doctor who, Izombie, Stranger Thinds, The boys, Preacher

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
%d blogueurs aiment cette page :